Vous êtes ici : Accueil > La vie des classes > Classe ULIS > La visite au château de Chinon
Publié : 30 juin 2011

La visite au château de Chinon

Lundi 27 juin, nous avons continué notre visite du château.
Nous avons vu l’extérieur de la tour de l’horloge car l’intérieur était en travaux.
C’est sous cette tour qu’il y avait le pont-levis et la herse. On pouvait lancer des boulets du haut de cette tour pour empêcher les ennemis de rentrer. On a vu l’endroit où était les latrines (toilettes).
Ensuite, nous avons été voir le donjon. Jeanne d’Arc a dormi à l’intérieur. Il y avait une cheminée pour faire chauffer de l’eau et pour réchauffer le donjon. Derrière nous, on voit le pigeonnier qui n’existait pas encore du temps de Jeanne d’Arc.
Nous sommes descendus par des escaliers en pierre jusque dans le cachot. C’est l’endroit où on mettait les prisonniers.
 
Nous avons redescendu des escaliers pour arriver dans la glacière. C’est l’endroit de la tour où il fait le plus froid. On pouvait y stocker de la nourriture dans plusieurs cavités (trous).
 Ici , ce sont les latrines du pigeonnier.
 
La visite du château nous a plu. On a beaucoup marché, nous avons posé beaucoup de questions à Cathy. Il a fait chaud mais nous étions très contents mais aussi un peu fatigué.
 
L’après-midi, Cathy nous a emmené dans une salle pour voir l’équipement d’un chevalier au Moyen-Age.
 On a vu le heaume. (le casque du chevalier)
 Ici, Cathy a essayé la cubitière ( elle protège le coude et le bras).
 Après, nous avons porté la cotte de maille : c’était lourd. Elle protégeait des coups d’épées et des flèches.
Cette pièce de l’armure de l’armure s’appelle le gantelet : il servait à protéger la main.
 La spallière servait à protéger l’épaule.
 
 Le plastron et la braconnière servaient à protéger le haut du corps.
 Enfin, le cuissot, la genouillière et la grève permettaient de protéger la jambe.
 
Les chevaliers n’avaient pas le droit de se battre le dimanche, les jours des fêtes religieuses et pendant l’hiver.
 
Après, Cathy nous a fait des démonstrations d’attaque avec les machines de guerre qui existaient au Moyen-Age
 
 La pierrière pouvait lancer un boulet par minute mais elle faisait peu de dégâts
 
 
Ici, on voit le beffroi pour approcher des châteaux.
 
 Le mangonneau à roue de carrier pouvait lancer deux boulets par heure.
 
Le trébuchet faisait le plus de dégât.
 
Nous avons bien aimé lorsque Cathy a fait une démonstration pour nous montrer le fonctionnement des machines en lançant ... une gomme.
 
A la fin, Cathy a donné un diplôme de chevaliers pour les garçons et un diplôme de dame d’atours pour les filles.
C’était bien, on s’est bien amusé.
 
 La classe de CLIS